Retrouvez l’actu de la marque ainsi que les conseils de nos équipes

A vos marques, prêts, partez ! Les girolles sont de sortie !

jeudi 5 septembre 2013, par Magda

lune-12_jpgOn dit que les champignons sortent à la nouvelle lune… Ca tombe bien, c’est aujourd’hui ! Alors cessez toute affaire courante, munissez-vous d’un panier en osier, et ruez-vous sur le champ à l’orée des bois !

 

Les girolles et autres chanterelles sont de sortie ! Les meilleurs coins ? En région parisienne, n’espérez pas trouver grand chose au bois de Vincennes… Poussez donc la chasse jusqu’à Rambouillet, où se nichent les plus beaux de ces trésors dorés ! Si ce n’est pas sur votre chemin, tentez votre chance dans des contrées aussi variées que poétiques, telles que la forêt de Sainte-Apolline, les coteaux du Vexin, le bois de la Grange, ou encore les forêts de Villefermoy, Dourdan, ou L’Isle-Adam…

 

Avec un peu de persévérance, vous y trouverez à coup sûr les précieuses pépites ! Des taillis de noisetiers aux forêts de bouleaux, vous pourrez les débusquer au gré de vos ballades, nichées dans la mousse des sous-bois ou arpentant les petits ruisseaux. Voici quelques astuces pour ne pas vous y tromper : la girolle adore les résineux et les feuillus, et s’installe souvent à proximité d’un point d’eau.

 

Les meilleurs coins sont très souvent en lisière, au bord des chemins. Un tapis de mousse, quelques troncs d’arbres morts, une petite cuvette… Rien de tel pour faire éclore la délicate chanterelle. Sachez en outre que la girolle ne pousse JAMAIS seule. Ainsi, quand vous en voyez une, n’hésitez pas à vous pencher pour fouiller les alentours.

La pousse suit très souvent une veine, qui correspond au mycélium circulant dans le sous-sol. Repérez bien les endroits les plus généreux, vous ne risquez pas de vous y tromper ! Les « coins à girolles » varient très peu, vous pourrez les retrouver au centimètre près d’une année sur l’autre. De plus, si elles ont été coupées proprement, elles peuvent repousser sur le côté, à la manière d’une souche d’arbre.

C’est la raison pour laquelle, dans la mesure du possible, il est toujours préférable de les ramasser au couteau. Surtout, n’oubliez pas : il faut couper le cèpe à sa base sans abîmer le rhizome, utiliser de préférence un panier en osier plutôt qu’un sac en plastique, utiliser un linge et surtout pas une boite hermétique pour les transporter puis les stocker, et, enfin, pensez bien à faire vérifier par un spécialiste (pharmacien de confiance) votre précieuse récolte !

Souvenez-vous qu’un seul champignon toxique peut contaminer toute une récolte. Je suis impatiente de découvrir les photos de vos récoltes !

VOUS AIMEZ CET ARTICLE
PARTAGEZ LE

Commentaires récents

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

neuf + deux =