Retrouvez l’actu de la marque ainsi que les conseils de nos équipes

Abeilles et champignons

mardi 24 février 2015, par Magda

Grâce à une découverte presque fortuite du mycologue américain Paul Stamets, une nouvelle piste de préservation des abeilles en danger s’ouvre aujourd’hui. Elle passe par les champignons.

 

Coiffé de son chapeau en forme de champignon, Paul Stamets (dont je vous avais déjà parlé ici) n’en revient pas lui-même. Sur scène, à San Rafael (Californie), face à un parterre de fans en délire venus assister à la 25e conférence de Bioneers, une organisation à but non lucratif promouvant de bonnes pratiques et des solutions innovantes pour répondre aux défis des crises environnementales et bio-culturelles, il fait une révélation inédite : les abeilles ont besoin des champignons.

 

Paul Stamets n’a trouvé aucune trace de travaux en ce sens, aucune publication. Il faut dire que lui-même n’y aurait pas pensé s’il n’avait observé un jour son jardin. En s’approchant du sol, là où il cultivait des champignons, il est tombé nez à nez avec des abeilles. Elles avaient soigneusement creusé la terre pour atteindre le mycélium et le sucer avidement. Le ballet a duré 40 jours non stop, de l’aube au crépuscule. Paul Stamets s’est souvenu de cette anecdote lorsque son ami, le réalisateur Louie Schwartzberg, lui a demandé comment sauver les abeilles d’une destruction programmée par les mauvaises pratiques des hommes.

 

En menant quelques études, soutenu notamment par l’entomologiste américain Walter S. Sheppard, Paul Stamets a constaté que les abeilles utilisaient le mycélium de certains champignons poussant sur les arbres (le bouleau en particulier), pour augmenter leurs défenses immunitaires. C’est le cas du Fomitopsis pinicola (Red belted polypore en anglais), de l’Amadouvier, du Chaga et du Reishi rouge (connu pour ses vertus pour lutter contre l’arthrite). Le Chaga régule par ailleurs la population du Varroa, un acarien parasite de l’abeille adulte.

 

À partir de cette découverte, Paul Stamets est en train de développer un « alicament » pour les abeilles à miel, le MycoHoney (littéralement miel de champignon). Mais, il démontre surtout, si cela était encore nécessaire, l’urgence de lutter contre la déforestation, qui élimine mécaniquement ces champignons et, par effet ricochet, les abeilles.

 

Voir la conférence de Paul Stamets : https://www.youtube.com/watch?v=DAw_Zzge49c

 

Magda

VOUS AIMEZ CET ARTICLE
PARTAGEZ LE

Commentaires récents

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *