Retrouvez l’actu de la marque ainsi que les conseils de nos équipes

LE CHAMPIGNON, CARBURANT DU FUTUR

mardi 2 décembre 2014, par Magda

À l’INRA PACA, et plus particulièrement dans l’unité mixte de recherche BBF (Biodiversité et Biotechnologie Fongiques) du campus de Luminy d’Aix Marseille Université, au sein de l’école d’ingénieur Polytech de Marseille (Département Biotechnologie), on prépare l’avenir avec des champignons.

Jean-Claude Sigoillot, directeur de l’unité BBF, y croit dur comme fer : « avec les enzymes des champignons nous pouvons remplacer tous les dérivés du pétrole par des produits plus respectueux de l’environnement ». Ils sont une trentaine de laboratoires dans le monde à travailler sur la capacité de certains champignons à dégrader le bois, mais aussi la paille et les déchets végétaux, grâce à leurs enzymes. Les molécules produites par ce phénomène peuvent ensuite être utilisées dans des procédés chimiques à usages multiples : blanchir la pâte à papier sans utiliser de chlore, digérer les encres des papiers recyclés ou produire des meubles en bois aggloméré sans formaldéhyde.

Mais le meilleur axe de développement reste celui des biocarburants. Par la dégradation de la lignine du bois opérée par les champignons, qui ne touchent pas à la cellulose, on obtient en effet du sucre qui, fermenté par des levures, produit de l’éthanol. À Luminy, ce sont près de 2000 souches de champignons qui sont étudiées, dont beaucoup proviennent de Guyane. Cette nouvelle filière pourrait permettre de réduire la production d’éthanol à partir de betterave ou de canne à sucre, dont on utilise aujourd’hui la partie comestible. Le programme de recherche de l’unité BBF fait d’ailleurs partie d’un projet plus global, Futurol, qui « vise à mettre sur le marché un procédé, des technologies et des produits (enzymes et levures) pour assurer la production de bioéthanol de deuxième génération à partir de plantes entières dédiées mais aussi de coproduits agricoles et forestiers, résidus verts et autre biomasse lignocellulosique », et dispose de près de 80 M€ de budget.

Une preuve supplémentaire que les champignons, délicieux dans une assiette, sont aussi les meilleurs amis de l’homme.

Magda

VOUS AIMEZ CET ARTICLE
PARTAGEZ LE

Commentaires récents

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-sept − 7 =